Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Adieu Monsieur le professeur

Une larme est tombée sur ma main, et je sais que le vieux maître en est tout ému. Tu as quitté ta chère école et sur cette estrade, tu ne monteras plus.

Un numéro de plus que je n’appellerais plus, et pourtant que je ne pourrais pas supprimer de mon répertoire. J’ai rédigé un long texte, où je n’ai pas pu mettre les verbes au passé, mais aujourd’hui, je dois me rendre à l’évidence, qu’effectivement, tu n’es plus.

Je n’étais pas encore née, que je t’avais déjà connu avec tes airs de plaisantin. Tu faisais le mariole devant mes parents, tu les taquinais. Puis, tu charriais maman pendant que dans son ventre, je me marrais. Je n’étais pas encore née, et je savais, que tu allais être une de ces personnes qui me marqueraient.

 Puis, à chaque fois que l’on se voyait, d’un humour très intelligent et pointilleux, tu faisais passer des leçons. Pas que des leçons d’histoire et de géographie, mais des leçons de vie. Les anecdotes ne manquent pas, jours heureux, comme jours de peine, tu en faisais des aventures théâtrales. Tu riais à tout, à la vie, de la vie, à la mort, de la mort.

Je t’ai vu dans tes plus durs combats, je t’ai vu prendre l’avenir de tes filles en main, tu as relevé la tête de tout le monde quand ça n’allait pas, tu étais le héros de tout ce monde-là. Et ailleurs, dans toutes tes classes, de toutes ces écoles à qui tu t’es consacré, tu as créé des liens qui aujourd’hui encore n’en sont que plus fort.

Devant ton corps qui gisait, les personnes défilaient, des amis, des parents, d’anciens élèves, devenus des collègues et des amis, les grands et les petits, la famille. Et toi, paisiblement, tu gardais les yeux fermés, signe de plénitude et de paix. OUI, je le sais, tu es parti en paix. Avec ton air farceur et sérieux à la fois, j’ai la vague impression, que c’est toi qui nous dit au-revoir, et de profiter de la vie, parce que tu nous a appris à VIVRE, et VIVRE pleinement nos VIES.

Pour tout ce que tu as été, et que tu seras à jamais, un père, un frère, un oncle, un ami. Siora hé !!! Ho ampahafantariko  eo ihany hoe iza ilay bandy  ;) !!!

 

HOY ILAY SIPA MANJA BE.

Commentaires

  • bonjour!
    merci pour ce témoignage tellement vrai!
    sa fille

Écrire un commentaire

Optionnel