Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et patati et patata

  • Moins bien traités que les bovidés

    Marina fa tsy mangataka aho hoe manaova « Deodorant » midofaka, na mividiana ranomanitra lafo vidy. Fa mino kosa aho hoe rariny, amin’ny maha mpanjifa ahy ny mangataka, na mitaky mihitsy aza hoe olona mba madio sy manaja ny hafa no miasa anaty fitateram-bahoaka eh !

    Ekeko fa efa lafo ny fianana, tsy laviko fa sarotra ny mitady ny harapaka, saingy tena resy lahatra aho fa isan’ny mety hampitombo ny lanja sy ny fankafizan’ny mpanjifa madendeha amin’ny fiaranareo ny mahita olona manaja azy ireo amin’ny fandraisana azy ireo anaty fiara.

    Kiriko sy sosotra mihintsy aho nandray fiara fitateram-bahoaka miazo an’Andraharo iny, ka izao ny « Mpanampin’ny mpamily » (Receveur) tao anatin’ilay fiara. Tsy hita tsara angamba moa izany amin’ny sary, fa sady akanjo malolo, ny tanany tena maloto, no akasokasony amin’ny lamosinao iny, rehefa manosika anao hiakatra anaty fiara izy, na koa mitaky ny saran-dalanao ka somary akasony amin’ny tananao izay ny tanany. Ny kitakita tsy lazaina intsony, ny hanihany amin’izy samy mpamily sy mpanampy ny mpamily tsy hita ho tenenina. Ny fifanenjehana amin’ireo « Adva » tsy hay lazaina intsony.

    Dia… Ho gaga ve isika raha hoe isika ihany no tsy manaja ny asantsika, ka iza no hanao izany amin’ny toerantsika ? 

    • Les plus chiants diront « t’as qu’à prendre ta voiture, ou un taxi, si tu ne veux pas te mêler aux gens »
    • Les plus amorphes sortirons « mais que veux-tu, c’est comme ça, on n’y peut rien »
    • Mais les plus révoltés et les plus courageux en parlerons comme moi « NON, NON, NON !!! où est le respect des droits des consommateurs » ?

    Receveur, transport, commun, bus, service, public, respect

    Il y a quelques années, alors que ces « responsables des transports en commun » ont annoncé qu’il n’était plus possible de maintenir les frais de transports de l’époque, ils ont promis : Un meilleur service, un meilleur respect, la propreté, la régularité (horaire de travail, trajet) et qu’il n’y aurait plus de passagers entassés comme des bovidés que l’on emmène à l’abattoir (encore ces derniers sont mieux traiter car il n’est pas bon de consommer de la viande de bêtes stressées !!! ^^ )

    Aujourd’hui, qu’en est-il de ces promesses ? Foutaises !!!
    Non non et non, je suis tout à fait révoltée. Et vous, là-haut, qui vivez dans vos gros sabots, qui ne voyez pas qu’en bas, le plus petits se mangent entre eux, puisse la petite voix qui vit encore (peut-être) en vous, vous rappelle que vous venez du peuple, et que vous y reviendrez !

    (Enfin, à Madagascar j’en suis même pas sûre, mais je gueule quand même)

     

    Voilii voilouuu !

  • Le courant est passé, Hans Nayna a éléctrifié!!!

    C’est pieds nus, un jean joliment délavé, une chemise à moitié ouverte sur un torse laissant apparaitre un tatouage que Hans Nayna, est monté sur la scène de l’IFM le vendredi 05 avril. « Un mauricien dans ma ville » qui a apporté son lot de surpris et de bonnes ondes lors de cette soirée très riche en musique.

    Lire la suite

  • "Je peux bien vendre mon âme au Diable, Avec lui on peut s'arranger (...) Mais vous n'aurez pas ma liberté de penser"

    « Pour avoir causé la mort de 02 enfants, un gendarme en état d’ivresse à Mahajanga écope de 02 ans d’emprisonnement. Pour avoir été Administrateur d’un groupe de Gossip de People, 01 an d’emprisonnement ferme. » (Statut de Faly Rajaonarison)

     « Sept prévenus dans le trafic de 3171 rondins de bois de rose ont bénéficié d’une liberté provisoire. Le dossier révèle que les inculpés sont des anciens cadres dans le domaine de l’Environnement et des officiers supérieurs » (L’Express de Madagascar du 28 oct 2016)

    Lire la suite

  • "Vu"

    Il y a de ces petites choses dans la vie, qui semblent insignifiantes, mais qu’est-ce qu’elles t’égayent la journée. Comme : « Trouver un billet de banque (peu importe la somme) enfouie dans une des poches de ton pantalon ». « à la fin de la journée, enlever les chaussures qui t’ont écrasées les pieds depuis la matinée ». « Faire une longue, longue..., longue marche sous un soleil de plomb, et au bout du chemin apercevoir une place à l’ombre »… et j’en passe de ces milles et une choses.

     

    Comme dirait un bon nombre de nous, surtout quand nous nous trouvons dans une situation – malheureusement :) – amoureuse . « un rien peu faire sourire, mais un rien aussi peu faire souffrir ». Récemment, (tu parles ça fait des années mais j’ai essayé de ne pas m’en rendre compte) j’ai découvert les aléas de ces sentiments de joie et de colère alternées en un rien de temps. « L’ascenseur émotionnel » disait Gad El Maleh. Pour ceux qui n’ont pas vu le sketch, en résumé, c’est quand tu passes d’un sentiment de joie totale, à un autre totalement opposé, en un temps record. Et ce « phénomène » je l’ai vécu plusieurs fois, sans même bouger de ma chaise, parfois sans même me lever du lit, parfois au bureau, parfois dans la voiture… bref , où que je sois. Oui oui, depuis la création de Facebook, et la malheureuse journée où j’ai décidée d’adhérer à ce « réseau social », je me fais des petites virées d’adrénaline de sentiments comme ça. Et tout ça grâce (ou à cause, c’est selon) de DEUX (2) petites lettres, qui peuvent rendre ta journée cauchemardesque. Oui, je suis sûre que nous l’avons tous ‘(et surtout toutES) vécu ce moment, tu sais, celui où tu envoies un MP à « cette » personne, que tu attends désespérément que le petit cercle rouge, avec le chiffre (1) dedans, s’affiche sur la petite enveloppe, sur l’icône du milieu, en haut à droite,  de la barre « facebook » !!!! ouiii !! ce moment là !!! mais que tu ne reçois pas ce petit cercle rouge. Après de très longues minutes interminables, tu fini par vérifier – tu ne sais pas trop ce que tu vérifies au fait – et que là tu découvre : « Vu à 09h38 », bref, 02 minutes après que tu aies envoyé le MP, et qu’il est déjà 11h53 à ta montre !!!! BREF !! ouiii ce moment là !!! tu sais quoi !!!!!

    he bien, ce moment là, j’ai décidé de l’appeler le moment du « m’as-tu vu ? » (rien à voir du tout ceci dit) mais il n’en reste pas moins que c’est un moment que je déteste. Car à partir de cet instant, le reste de ma journée devient une suite de faits et de gestes, sans trop de raison, sans logique, parfois même, sans trop de signification. Oui, a partir de ce moment, ma vie devient « imagination et questionnement ».

    DEUX petites lettres « VU » m’ont fait écrire toute une page de ceci et de celà. Halala, celle là, elle n’est vraiment pas bien dans sa tête diriez vous. Peut-être bien que oui, peut –être bien que non. BREF mon but dans tout ça ?! je ne sais pas, histoire de dire que JE N’AIME PAS CES DEUX LETTRES LA !!!!

     

  • Adieu Monsieur le professeur

    Une larme est tombée sur ma main, et je sais que le vieux maître en est tout ému. Tu as quitté ta chère école et sur cette estrade, tu ne monteras plus.

    Lire la suite