Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et patati et patata - Page 3

  • Vos yeux...Mes émotions

    Plus parlant que des mots, plus captivant que les sons, l’art visuel est un langage qui permet de transmettre bien plus que des idées. Les émotions, les expressions, et même l’ambiance d’un environnement peuvent être mieux ressenti à travers  des images. C’est pourquoi, la photographie est un outils les plus efficaces pour communiquer à travers le monde. Oubliées les barrières de langues, au revoir les complexes d’expressions, il suffit aujourd’hui de regarder et de se laisser emporter par la beauté de chaque détails.

    Depuis quelques années, avec le « boom » de la nouvelle technologie, l’apparition des Appareils Photo numérique, tout le monde s’improvise « photographe » , ce qui n’est pas un mal, mais encore plus intéressant, nous devenons tous un peu des « catcheurs d’images ». Saisir un moment donné, à un instant donné à un endroit précis. « être au bon moment au bon androit, et cliquer à l’instant « t » » . Que c’est jouissif de revoir ces clichés, ces scènes de la vie quotidienne, ce sourire du coin des lèvres d’un jeune écolier qui se sent privilégié de joindre les bancs de l’école, ce regard inquiet d’une jeune fille, assise dans un jardin public, cette plage vaste et vide, qui traduirait une certaine quiétude…

    Dans ce cours texte, je rends hommage, et je remercie tous ceux et celles qui à travers leurs objectifs, nous prêtent leurs yeux, et nous permettent d’être à ces endroits, de ressentir ces choses là. Merci.

  • Trompes-moi, mais pas comme ça...

     

    Ce n'est même plus:
    Trompes moi, si tu peux,
    Avec toi, c'est plutôt:
    trompes moi si tu veux

    Trompes moi où tu veux
    Ici – bas sous tous les cieux
    Trompes moi, de milles et une façon
    Trompes-moi, sans me donner de raisons

    Trompes-moi avec qui tu veux
    Mais au moins  qu’elle soit mieux
    Trompes-moi, mens-moi, triche avec moi
    Trompes moi, mais sans que je ne le vois

    Trompes-moi comme tu veux
    Sors- moi tes mensonges pieux
    Trompes-moi, en un jour ou toujours
    Trompes-moi, en appelant ça de l’amour

    Trompes moi, autant que tu  voudras
    trompes-moi, je ne fuirais pas
    trompes-moi, trahi – moi s’il le faut
    fais de tes mots, mes nouveaux maux

    Oui trompes moi aussi simplement, aussi tranquillement
    Oui trompes-moi, mais  pas aussi ouvertement

     

    24 nov 2013- 19h10
    Ambatomaro

  • Je Te Hais...

     

    Je te hais...
    Pour ce que tu es
    Pour ce que tu fais
    Pour ce que tu dis
    Je te hais pour ce que je visHaine

     

    Je te hais...
    Pour tous tes mots doux
    Pour tout ton amour
    Pour tout ce qui s'est passé
    Je te hais, peut être plus que jamais

     

    Je hais...
    Ta façon de me regarder
    Ta façon de me parler
    Ta façon de m'embrasser
    Je hais tout ce qu'on a fait

     

    Je hais...
    Ta façon de m'aimer
    Ta décision de m'oublier
    Ta manière de m'ignorer
    Je hais cette réalité

     

    Mais je te hais car il y a encore pire
    Je te hais car je ne sais pas de haïr.

     

    26 sept 04

  • Le ciel est plus bleu ailleurs

     

    Ciel bleu copy.jpg« Hier j’ai trouvé un nouveau boulot, mais bon, je ne l’ai pas pris, je trouverai sûrement mieux ailleurs »

     

    « le mois passé, j’ai trouvé un appart’ que j’adore, mais je ne l’ai pas réservé, je suis sûre que je trouverai un encore plus grand »

     

    « L’an dernier, je me suis offert la voiture que j’ai toujours voulu, mais je l’ai lâché, je suis convaincue que celle que je vais avoir sera meilleure »

     

     

    Cela fait des années que je cumule ces faits et mine de rien ça fait  des années que je  vie ainsi. Arrivée à un point où les autres ont commencé à construire, moi j’ai fini de détruire. Je me rends compte que toutes ces années, j’ai compilé les mauvaises manies de croire que le ciel est toujours plus bleu ailleurs, et je me suis séparée de ce que j’avais. Au final, au lieu de gagner, j’ai tout perdu. Le pire c’est que j’ai même perdu le goût de me battre pour tout reprendre. Trop lasse aujourd’hui, ma paresse prend le dessus, et je me dis, la roue tourne, elle se retournera encore une fois… on verra, on attendra.

     

    Mes amis me demandent souvent « et dis nous, qu’est ce que tu veux vraiment ? » ma réponse est toujours la même, et elle est toute simple « je veux vivre, tout simplement ». Mais en y repensant, « TOUT SIMPLEMENT » ça dépend de comment on le comprend ! Parfois, c’est vrai, je me fiche la trouille dans ce que je fais, mais je ne sais pas, mes bêtises m’apportent une certaine satisfaction, un certain  sentiment de « c’est ok,  tout est bon ». Bien évidemment, tout ira bien,  jusqu’à ce jour où j’aurai ouvert les yeux, et que je me serai rendue compte, que les autres sont sur un autre bateau pour une nouvelle croisière, et que moi, je serai toujours là à vivre comme hier.

     

    Je suis toujours à la quête de quelque chose de plus, quelque chose de mieux, quelqu’un de meilleur, quelque part, pas ici mais ailleurs, pas maintenant mais plus tard, pas comme ça mais autrement ; mais là je n’ai rien jusqu’à présent .  Peut être devrais-je arrêter, car à force de chercher, on fini par se perdre et ne jamais trouver ?!

     

  • Le petit dernier des Baobabs

     

    baobab,lycée,français,madagascar,endémique,allée,arbre

    Dans l’allée des Baobabs du lycée français, le petit dernier d’une fratrie de 8 petits a fait son entrée le 23 janvier dernier. A peine haut de 30 centimètres, il a pourtant été la star de cette journée dans la cour des grands.

    baobab,lycée,français,madagascar,endémique,allée,arbre

     

    Allée des Baobabs, grand Baobab… rien qu’en évoquant ces mots, l’image de la grande île se profile, car effectivement, c’est bien l’une des plantes qui fait la renommée de la grande biodiversité végétale de Madagascar. Il existe 08 variétés de baobabs dans le monde dont 06 endémiques à Madagascar (Adansonia grandidieri, Adansonia rubrostipa, Adansonia madagascariensis, Adansonia perrieri, Adansonia Za, Adansonia suarezensis) la septième est commune à toute la région Afrique (Adansonia Digitata) et la dernière « Adansonia Gregorii » était endémique au nord-ouest de l’Australie L’Adansonia Gregorii, et donc la seule variété de baobab non existante à Madagascar jusque là. Mais aujourd’hui, Gregorii a fait son entrée dans l’album de la famille des baobabs, qui prennent leurs racines depuis le premier Avril 2009 dans la cour du Lycée Français de Tananarive. C’est un projet ambitieux qui a été proposé par les élèves de l’établissement en 2008 dans le cadre du programme « Education vers un développement durable ». Le projet d’augmenter la biodiversité végétale à l’intérieur du lycée a primé face à 3 autres propositions : chauffer la piscine du lycée avec des panneaux solaire, réaliser un compost pour y mettre la tonte du gazon et les déchets organiques du restaurant scolaire et collecter les bouteilles plastiques et les piles en vue d’un recyclage.

     

    Depuis, le LFT a travaillé en étroite collaboration avec le CIRAD (Centre International de Recherchebaobab,lycée,français,madagascar,endémique,allée,arbre Agronomique pour le Développement) pour l’acquisition de toutes les variétés de baobab qui ont été planté au sein du jardin du lycée. Tous les jeunes plants ont germé dans les laboratoires et sous les yeux experts des chercheurs du CIRAD. La cour du LFT est ainsi le seul site au monde à avoir les 08 variétés de baobabs, ce qui fait la fierté du proviseur du lycée, des élèves qui sont à la source du projet, du personnel et des chercheurs du Cirad qui se penchent sur ce géant de l’Afrique depuis bien des années, mais aussi celle de tout un pays, qui peut se vanter d’être une terre riche en biodiversité et qui manifeste sa volonté de redresser la situation , qui est loin d’être avantageuse à notre dame Nature.

     

    baobab,lycée,français,madagascar,endémique,allée,arbreGregorii a donc trouvé sa place parmi ses frères au sein d’un établissement où des milliers d’élèves, de collégiens, de lycéens, de professeurs, de personnels éducatifs, et toutes autres personnes le verront grandir. Aujourd’hui il a été planté pour être l’un des symboles des 40 ans du Lycée français de Tananarive, mais sera aussi témoins des dizaines d’autres années à venir… bonne pousse à lui et ses frères!!!