Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et patati et patata - Page 6

  • Lethal In Live , Peut mieux faire...

    <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 

    « Metal in life, Lethal in Live ». Telle a été l'intiltulé du concert qui s'est tenu au théâtre municipal Isotry samedi dernier. Un événement, qui d'après ces quelques mots, devait promettre. Quatre groupes à l'affiche, Sahedena, Eternely, Mania et Iniah. Quelques noms déjà connus, mais avec de nouveaux éléments et une nouvelle formation quand même.

    Depuis que rock est rock à Madagascar, les groupes et le public devaient très souvent, pour ne pas dire tout le temps, faire face et supporter les imperfections sonores. Samedi, le rock n'a donc pas failli à sa réputation. Dès le départ, la fausse note a été marquée par un retard considérable. Devant commencer a 14h30, le concert a accusé une bonne heure de retard. Et , comme les groupes ont mis autant de temps à monter sur scene, on s'attandait au moins à du bon son. Ce qui n'en était rien. A 15h35, le 1er groupe fait son apparition, mais semble -t-il, c'est encore l'heure de la balance, test de guitare à gauche, essai des effets à droite, coup de baguettes par-ci par là... une bonne quinzaine de minutes , avant que les premières vrai notes d'un vrai morceau ne retentissent.

    Mais là encore, entre chaque titre, un appel au micro « retour batterie s'il vous plait », « montez le son de la guitare », , « reglez le son de la basse », « les riffs sont inaudibles », le micro du lead vocal n'est pas des meilleurs... et ainsi de suite.

    Jusque là, on aurait pu croire que le 1er groupe aura donc été un cobaye pour le chek sound. Mais , comme à chaque fois également, changement de groupe équivaut à changement de son, et de réglage. 10 minutes de plus pour installer les nouvelles guitares, regler le son, se mettre bien en position. Ça démarre plutot bien pour cette deuxième formation, mais dame imperfection n'est jamais bien loin. Voilà l'ampli de l'une des guitares qui lache, que des hommes, en combinaison, et avec une lampe torche parcours la scene, on ne sait trop pour quoi, pour qui, pour aller où... au beau milieu d'un morceau, la fiche d'une des guitares se débranche, et voilà un jeune homme qui continue à jouer ses notes, comme si de rien n'était, ne se rendant compte de rien... Bref, ç'aurait pu faire le best off d'une vidéo gag. Les autres groupes ont eu , eux aussi leurs lots de réglages de sons, et quelques petites retouches à gauches et à droites, des minutes interminables à trouver le bon son. entre les larsens, les amplis qui lachent, les guitares quasiment inaudibles au moment des riffs et des solos, l'énervement a bien eu le temps de s'installer aussi!!!! et dans tout cela, bien évidemment, les lumières médiocres et presques inutiles.

    Le rock, particulièrement le métal, est une musique marginélisée, et très souvent montrée du doigt, et ce , pour diverses raisons. Mais quand les prestations ressemblent le plus souvent à cela, il y a vraiment de quoi. Alors, « Lethal in Live » a été une occasion de dire que le métal n'est pas mort, mais a juste fait silence. De notre coté, on aurait préféré un silence plus constructif, mais au lieu de cela, les imperfections se sont cumulées. Alors oui, le métal n'est pas mort, mais il survit, et pire, il ne s'est jamais amélioré depuis. Franchement, après tant d'années, la mention serait:«Décevant, Peut mieux faire »

  • Organisateurs evenementiels

     

    Comme un herboriste n'est pas un pharmacien, un chauffeur ne peut pas s'improviser pilote d'avion. Il en est de même pour les autres domaines. Comme « chaque chose a sa place » à chacun son métier également.

    Le monde entreuprenarial est un monde très compliqué, nul ne pourrait affirmer le contraire. Organiser un événement, c'est ce qu'il y a de plus difficile à cerner. Pire quand il y a des artistes en question. Mais il y a des personnes que l'on appelle « ornaginsateurs d'événements », qui ont des agences spécialisées et professionnelles qui prennent en main ce volet . Ne se déclarent pas organisateurs événementiels tous ceux qui ont un bureau, quelques paperasses, une imprimante d'affiche A3. De même n'est pas une sono, celui qui a un clavier, un ampli et 2 façades!

    Récemment s'est tenu un évènement qui, dans son concept devait être une grende première et un grand évènement. Mais il n'en était rien finalement, et pour cause, cette négligence de la partie logistique et organisationnelle du projet.

    Une dizaine de stands ont été dressés, tenus pour la plupart, par des organismes internationaux ou des ONG de renom, ou encore d'autres acteurs économiques et écologiques nationaux. Certes, ce fut un beau panel de noms, mais l'événement a manqué à sa renom! La scene improvisée au mileu d'une cour, instruments incomplets, amplification à moitié installée, sonorisation qui laisse à désirer, régie mal organisée, bref tout un tas de détails qui ont fait de ces journées , des journées mémorables de bêtises et de mal organisation.

    A trop vouloir grignoter sur ceci et cela, voilà que cela fait de l'ombre à tout l'événement. Malgré le fait que ce soit une bonne initiative, l'amateurisme de l'organisation a terni son image. La leçon qui peut en être tirée, c'est qu'il y a des gens qui sont fait pour chercher et tenir leur stand et il y des tecnhiciens qui sont fait pour organiser, coordoner, régir et veiller au bon déroulement de ces événements. Alors, à chacun son rôle car à trop vouloir jouer au médecin , l'on fini par tuer les patients et attirer le mépris et la haine de leurs familles!!!

  • L'Imby, avance lentement mais sûrement...

    <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

    On peut ne pas aimer le rock, mais on ne peut pas l'ignorer, ou du moins apprendre a l'écouter. C'est le but d'une nouvelle formation qui a vue le jour il y a de cela quelques mois. “Apprendre aux gens à aimer la musique, à travers le rock”, c'est en ces mots que s'est exprimé Jérémia, Lead Guitare du groupe L'IMBY. Un nom peu commun, mais à retenir.

     

    <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

    L'IMBY, avec Toky au micro, Jedith au clavier, Matsoutsou à la batterie, Rado pour manier la guitare bass, Jérémia , lead solo et rythmique, et une autre guitare rythmique vient orner l'ensemble, avec Dadazaka. C'est un groupe qui s'est formé il y a quelques années qui évolue dans un genre, encore peu commun a Madagascar: Le Power metal. Une sonorité proche de la musique de Helloween, et du style vocal de Bruce Dickinson de Iron Maiden (Pour les références). Bien que se connaissant depuis des années, la formation n'a fait jusque là que travailler leur musique dans les studios. Elle n'a entamée la prise de son que vers le début de cette année. Depuis le mois de juin, le groupe a sorti 3 titres “Fahafahana” peu avant la fête nationale, pour marquer sa volonté de faire connaître son opinion sur les relations que devraient avoir les Malgaches, et leur rappeler également que la victoire de la liberté doit profiter a tout le monde. Coté musicale, dès ses premières notes, la guitare donne son ton. Très rythmée, la batterie met également l'oreille a l'épreuve. Riche en technique et en créativité, "Fahafahana" deçoit cependant quelque peu coté prestation vocale. Pour une musique dite dure, la sonorité vocale décale un peu de la musique. L'ensemble n'est certes pas désagréable, car c'est un titre plus joué, que chanté. Quelques semaines plus tard "vintsy" est sorti. Un titre qui commence calmement sous les notes du clavier, puis progressivement rentre dans le jeu d'échanges et de relais d'instrumental. C'est un morceau qui définit surtout cette capacité de relayer ou de mélanger harmonieusement calme et rythme.

    <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

    Aujourd'hui , le groupe sort "ilay sangany", ce sont là, trois titres qui divergent, mais qui restent fidèles à la définition donnée par les membres du groupe, et montrent les capacités techniques des musiciens, ainsi que la volonté du jeune Toky à se diversifier dans les genres. <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

    Le projet de sortir un album est déjà en cours, mais le travail reste d'une longue halaine. Le groupe attend également d'être bien rodé, avant de s'aventurer sur de grandes scenes , mais prône déjà quelques petites apparitions dans des petites salles.

    Avec une musique très mélodique, parfois agressive, mais au final agréablement harmonieux, la musique du groupe s'apprend effectivement à être écoutée. Le but de la formation est d'ailleurs de vulgariser ce genre. De ne plus se limiter à un public averti et de casser cette image “renfermée et privée” du métal.

  • Jérémia, l'art au bout des doigts

    <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

    Un beau visage, une belle forme, un beau charisme , et dans tout cela, une tête bien remplie. Jérémia Jonathan Lazasoa Rasolofondraibe, a depuis son enfance baigné dans l'art. Très jeune, il prends déjà son crayon et dessine quelques esquisses ici et là, et a 20 ans il décide de prendre des cours de dessin au CGM anlakely. Depuis, il a développé lui même son oeil artistique et expose ses oeuvres dans les cafés et restaurants. Bien que passionné, il n'a cependant jamais fait d'exposition en solo, mais s'est souvent associé à d'autres artistes dans des collectifs.

    Conscient de son potentiel pourtant, Jérémia exploite ses talents sous d'autres formes et à une échelle plus grande, et plus commerciale aussi. Il a integré depuis 2008 la boite NovoCom Ogilvy et devient graphiste pour des planches publicitaires.

    Jonathan.jpg


    A coté de sa passion pour le dessin , Jérémia a également la musique dans le sang. Il commence par quelques notes en 1999, et fini par prendre des cours chez Tovo Andrianandraina. Mais il a plus un penchant pour la musique rock, et décide ainsi de quitter les cours pour apprendre de lui même. Totalement autodidacte, il crée le groupe « L'Imby » en 2009, avec quelques jeunes de son entourage, et y tient la place du lead guitare. Aujourd'hui, ces 3 guitares éléctriques et ses 2 guitares seches sont ses plus précieuses confidantes, et son crayon son fidèle gagne pain. Jérémia est ainsi la preuve que belle gueule ne rime pas forcément avec tête vide.

     

  • Art et culture du beau

    <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

    « Le goût est dans la nature, et c'est comme les couleurs, ça ne se discute pas ». Certes, mais il est quand même une notion commune du Beau. Est « Beau » « ce qui plaît universellement et sans concept » ou encore « la forme de finalité d'un objet en tant qu'elle est perçue en lui sans représentation de fin »(Kant). Et l'art est souvent le moyen le plus approprié et le plus utilisé pour représenter le Beau. Donc l'art doit être beau, même si ce qui est beau n'est pas forcément de l'art.

    Dans la société de consommation actuelle, ces deux mots perdent de leur sens, et ne trouvent plus leur place dans le monde du showbiz qui a pris la place des valeurs artistiques, culturelles et morales de l'Homme. Aujourd’hui, les « artistes » font du business, ils ne créent plus, ils se contentent de réécrire et transcrire, les « artistes » copient, plagient. Et dans les rares cas ou ils créent, ils dénigrent et offrent des produits d'une qualité médiocre qui dépasse l'entendement. Pas la musique, pas les paroles, pas les arrangements n'inspirent la définition de l'art. Mais , il paraît, c'est ce qui se fait quand on veut devenir « Artiste ». rien ne compte que de vendre, mais comment est-il également possible de vendre la médiocrité, et pire, comment peut-on accepter d'en consommer? Un de ces « prétendus artistes », très vu en ce moment a dit haut et fort, « Peu importe ce que je dis, comment je le dis, et même si je choque peu importe, je m'en fous le seul but pour moi, c'est de me faire un nom et être célèbre, qu'importe le prix et le manière d'y arriver ». Est-ce là la valeur actuelle de notre monde culturel? Suis-je la seule à m'indigner face à cette invasion massive du n'importe quoi? Je serai bien triste de savoir que oui, mais dans mon for interieur, j’espère que d'autres comme moi aspirent à une autre image qu'est l'art de mon pays, la culture de ma grande île et les valeurs de ses Hommes.

     

    Je ne suis pas un artiste, mais je vis dans l'art, je ne suis pas un agent culturel, mais j'ai de la culture. Et ma culture ne me permet pas de dire que tout ce qui est dit plus haut soit de l'art.